Symétries - La peau des arbres

Écorce et âme

Faute d'espoir, ainsi que Dante l'avait écrit au chant treizième de La Divine Comédie, je fus changée en arbre et condamnée au mutisme pour des siècles et des siècles. Une de ces interminables nuits où mon tronc se pétrifiait toujours plus dûrement, je perçus un souffle invisible parcourir mes racines et mes branches. Je sentis soudain, ravivé en moi, l'esprit de la forêt. D'un coup, le vent s'amplifia à faire craquer mes bois. La voûte céleste se déchira brutalement et la nuit infernale céda sous les cris de la tempête. Les harpies d'antan qui nichaient dans mes branchages s'envolèrent par milliers, me délivrant à la fois de leurs prophéties et du silence qui m'avait laissée interdite.
Mots après mues, mon écorce en copeaux mais la voix recouvrée, j'étais sortie du cercle de l'enfer.
De cette singulière mémoire, je garde jusque dans ma chair la trace magnifiée des écorces de pin, de hêtre et de platane et les inimitables dessins de leurs sillons fragiles qui signent ma légende et ces quelques symétries.

Essence des symétries

Pin
Hêtre
Platane
Page précédente